load-icon
FacebookReactionsBouton

Réactions sur Facebook : les marques contre-attaquent !

Réseaux sociaux

J’aime” ,”J’adore” , “Haha” , “Wouah” , “Triste” ou “Grrr … Elles étaient attendues depuis longtemps, les boutons Facebook ont fait leur apparition sur l’ensemble des pages Facebook fin février. En plus du classique “J’aime”, les internautes ont désormais la possibilité de réagir avec une palette plus large d’émotions. Comment les marques les ont-elles détournées ? Compilation !

Créer ses propres réactions en utilisant les codes de la marque

Classique de toute promotion, le détournement a été la réaction de plusieurs grandes marques qui se sont réappropriés les boutons en utilisant leurs propres ADN.

OasisFacebookReaction

  • Oasis a choisi de mettre en avant ses fameux personnages déclinés sur l’ensemble de leurs supports de communication.

VolkswagenFacebookReactions

  • Volkswagen a créé de nouvelles réactions aux couleurs de la marque.

InnocentFacebookReactions

  • Innocent met en avant son logo auréolé.

Interpréter les réactions

Autre piste créative repérée : garder les boutons tels quels en ajoutant une légende. Plus subtil, il s’agit de refléter l’univers de la marque avec seulement du texte.

NetFlixFacebookReaction

  • Netflix joue sur l’effet de frustration du binge watching de séries.

SocieteGeneraleFacebookReactions

  • Société Générale reflète le problème très répandu de la gestion de l’argent au fur et à mesure du mois.

BledinaFacebookReactions

  • Blédina bouleverse l’ordre d’apparition des boutons pour raconter le quotidien avec un nouveau-né.

Miser sur le story telling

Chevrolet a conçu une vidéo autour des nouvelles réactions autour du concept “From like, to love”. Jolie initiative de la part du constructeur automobile qui se démarque de ses concurrents en alliant créativité et réactivité. Chapeau !

Repenser le community management

Ces nouvelles réactions sur Facebook ouvrent des pistes créatives inédites et peuvent élargir les mécaniques d’engagement pour les marques. Côté reporting, elles permettent aussi d’analyser plus finement la tonalité des interactions des internautes sur les publications. Affaire à suivre !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


vous aimerez aussi...