load-icon
DarkSocial-2

Dark social : du côté obscur du partage

Marketing

Qu’est-ce que le Dark Social ?

DarkSocial-2Facebook Messengers, WeChat, WhatsApp, Snapchat… Autant de canaux prisés par les internautes où les marques ne peuvent pas mesurer l’audience de leurs contenus. Alimenté par le mobile et les messageries, le Dark Social est en plein essor.

La majorité des partages n’apparaît pas dans les données fournies par les réseaux sociaux et les outils d’analyse. Vidéos, images, articles… Les contenus web circulent mais une très grande partie de ces échanges reste invisible pour les marques.

Le challenge pour les marques ? Adapter la diffusion des contenus à de nouveaux comportements des consommateurs sur les réseaux sociaux.

84 % des partages que font les consommateurs se font maintenant sur des canaux sociaux privés comme les e-mails et les messageries instantanées. Un article populaire publié sur le site de Marie Claire provoquera 5000 partages sur Facebook et Twitter contre 19 000 copiés-collés dans des mails.

Retrouvez notre article sur les messageries sociales 

Comment y faire face ?

Être présent sur ces canaux

Pour mieux appréhender ce phénomène, les marques doivent le prendre à bras le corps en rejoignant ces plates-formes avec un contenu spécifique, par exemple via un code promotionnel inséré dans une Story Snapchat.

Utiliser les clients ambassadeurs de la marque

D’autres marques misent sur leurs clients ambassadeurs pour occuper ces terrains. C’est le cas d’Adidas présent sur WhatsApp à travers des groupes animés par les clients ambassadeurs. Ces derniers proposent des accès exclusifs à certains évènements et actualités.

Tracker les liens de partage

Sur les sites traditionnels, les liens de partage peuvent être modifiés et trackés afin d’être comptabilisés dans les rapports. La part de trafic non catégorisé sur Google Analytics largement influencée par le Dark Social sera atténuée. Un vrai bénéfice pour les rapports !

À retenir

  • Les marques doivent prendre en compte le phénomène Dark Social en investiguant ces plates-formes, en utilisant leurs ambassadeurs et en trackant leurs liens de partage.
  • La majorité des partages de contenus web restent invisibles pour les marques
  • L’usage des messageries sociales a contribué à cette pratique de partage privé appelée “Dark Social”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


vous aimerez aussi...