load-icon
Assistant vocal

Assistance vocale : la prochaine révolution numérique ?

Marketing

Assistant vocal“Quelle est la meilleure recette de lasagnes ?”, “Quel temps fera-t-il demain à Paris?”, “Dis à Victor que j’arriverai avec 5 minutes de retard”… L’assistance vocale facilite la vie au quotidien et bouleverse l’usage d’Internet pour les utilisateurs comme les marques. Analyse d’un phénomène qui va faire parler à coup sûr.

À chacun son assistant personnel

Directement intégrés ou via des applications tierces, les assistants vocaux se multiplient. Aujourd’hui, Siri est le plus populaire avec 50 % d’utilisateurs.

Le nombre d’utilisateurs des assistants vocaux a passé la barre du demi-milliard l’an dernier. Ils seront deux fois plus dès 2018, conversant en langage naturel sur smartphone, sur PC ou à travers les enceintes connectées. À l’horizon 2020, 50 % des requêtes devraient être vocales et 30 % des sessions online se feront sans écran. Aujourd’hui, 20 % des requêtes sur mobile aux États-Unis sont vocales.
Dans le monde de l’entreprise aussi, les commandes vocales se popularisent, comme par exemple dans les services bancaires. La voix de l’utilisateur devient son empreinte.  

Comment cela fonctionne ?

Les phrases dictées sont enregistrées et envoyées à des serveurs. Ces derniers les décodent en s’appuyant sur une base de données contenant des millions de phrases et d’accents différents.

Le résultat est transmis aux serveurs de l’entreprise cliente qui renvoient une réponse traduite en synthèse vocale. En 3G ou 4G, cet échange prend moins de 3 secondes.
L’avènement du big data a participé au développement des techniques vocales. Les algorithmes tirent profit des 5 milliards de phrases enregistrées l’an dernier par les serveurs. Le taux d’erreur est aujourd’hui assez faible.

Sortir de la logique desktop

Et si l’écran vivant ses derniers instants ? Cela parait impossible, mais le phénomène des assistants vocaux force les marques à repenser leur façon de communiquer. Les assistants virtuels réorganisent nos vies et pourraient bien redéfinir le marketing numérique.

C’est un changement radical dans notre façon de consommer Internet, les contenus doivent également évoluer en ce sens, c’est-à-dire en répondant aux recherches vocales. Il s’agit de surfer avec les mains occupées et une attention réduite : en conduisant, en cuisinant, en faisant du sport …

Les contenus non pertinents seront filtrés et invisibles pour le consommateur. Un livre blanc publié par Bing explique cela : “Lorsqu’un consommateur lui demandera de commander son café, l’assistant plongera en premier lieu dans l’historique de préférences, pour effectuer la transaction qui satisfera le mieux l’utilisateur, et la marque de café perçue comme choix par défaut aura de fait un avantage compétitif majeur. Les marques devront ainsi redoubler d’efforts pour capturer cette place convoitée.”
En effet, les recherches ne sont pas faites de la même manière quand elles sont dictées ou tapées. C’est un formidable moyen de mieux connaître les besoins de l’utilisateur. Par exemple “Est ce que je dois prendre mon parapluie pour me rendre au travail” en dit beaucoup plus que “météo Paris”.

Et la publicité ?

La question de la publicité sur les assistants vocaux n’est pas encore à l’ordre du jour et reste épineuse. En effet, les internautes recourent de plus en plus aux bloqueurs de publicité. Seront-ils prêts à accepter une telle intrusion au milieu de leurs conversations avec leurs assistants ? Affaire à suivre !

 

À retenir

  • Les assistants vocaux se popularisent et modifient la façon de naviguer en ligne.
  • Les marques doivent se préparer à cette révolution en repensant leurs contenus.  
  • La question de la publicité via ce nouveau canal n’est pas encore à l’ordre du jour mais devrait se poser dans les mois et années à venir.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


vous aimerez aussi...