load-icon
SYNFIE

Intelligence économique, un secteur dynamique – Interview SYNFIE

Opinion Tracker

Alexandre Sonnet, secrétaire général du SYNFIE, Syndicat Français de l’Intelligence Économique, a répondu à nos questions.

 

SYNFIE

Pouvez-vous nous parler du SYNFIE ?

Le SYNFIE est né en 2010 remplaçant la FEPIE (Fédération des Professionnels de l’Intelligence Economique), une association regroupant différents acteurs lés à l’intelligence économique crée en 2007. Son objectif est de rassembler et de représenter les praticiens de l’Intelligence Économique en France et d’être un interlocuteur des pouvoirs publics.

Nous sommes exigeants avec la sélection à l’entrée, les professionnels doivent avoir l’intelligence économique comme activité principale et actuelle, nous n’acceptons pas les étudiants ni les retraités. Nous menons une enquête avant chaque nouvelle inscription. Aujourd’hui, le SYNFIE compte une centaine d’adhérents.

Les membres s’engagent à respecter notre charte d’éthique. Parmi les clauses : respect de la confidentialité, rejet des conflits d’intérêts, respect de la loi nationale notamment pour la méthode d’acquisition des informations…

Le SYNFIE a un comité d’éthique chargé d’enquêter si un de nos membres est soupçonné de ne pas respecter la charte. Pour l’heure, ce n’est jamais arrivé.

Pour les marques, quels sont les enjeux de l’intelligence économique ?

Nous vivons dans un monde qui se digitalise de plus en plus : réseaux sociaux, big data, objets connectés… Il y a de fait de plus en plus de données disponibles. L’enjeu est simple mais fondamental : comprendre ce qu’il se passe. Capturer les données, les analyser, les distribuer en interne et s’en servir pour appuyer une prise de décision.

Pour donner un exemple concret, aujourd’hui, une marque se doit de mettre en place une surveillance à l’international pour vérifier qu’il n’y ait pas de détournement par des concurrents.

Quelles sont les perspectives pour l’intelligence économique ?

Elles sont bonnes ! Il existe une forte croissance dans le secteur du fait des nombreux positionnements différents présents. Malgré la crise, le marché reste dynamique. Aujourd’hui, il représente environ 250 millions d’euros en France.

Aujourd’hui, même de grands groupes sont menacés de disparaître. Seuls les plus rapides à identifier les menaces et à saisir les opportunités s’en sortiront. Ces problématiques nécessitent le recours à l’intelligence économique.

Qu’en est-il des certifications ?

Aujourd’hui, la normalisation n’apparait pas comme un vecteur de développement du marché. Peu de professionnels sont certifiés. Toutefois, elle peut permettre de renforcer l’image du métier et donner les bonnes pratiques. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas un sujet du moment. Nous misons sur les formations professionnalisantes, il y en a une vingtaine en France.

Quels sont les rapports entre l’intelligence économique et l’e-réputation ?

Ces deux activités sont complémentaires. L’intelligence économique, c’est comprendre ce qu’il se passe, ce que font les concurrents, comment évolue le marché. L’e-réputation, c’est savoir ce qu’il se dit, comment est perçu le message. Aujourd’hui, les marques ont besoin des deux.

Merci à Alexandre Sonnet pour sa disponibilité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


vous aimerez aussi...