load-icon

Observatoire Marketing d’Influence et Digital : 3 choses à retenir

Influence | Réseaux sociaux

Observatoire Marketing d'influenceEn mai dernier, l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP) a présenté les résultats du projet « Observatoire « Marketing d’influence : les bonnes pratiques ».

Plus de 500 campagnes d’influence réalisées sur différents réseaux sociaux ont été analysées par l’ARPP en 2018 afin d’en dégager un certain nombre de pratiques à respecter, à destination des professionnels (marques, agences, médias et influenceurs). Voici 3 points à en retenir :

Masquer c’est tromper

12 % des contenus analysés par l’ARPP n’indiquent pas l’existence d’un partenariat entre l’influenceur et la marque. C’est trompeur pour le consommateur, et ça tombe sous le coup du pénal. Le partenariat doit être clairement identifié et identifiable par le consommateur.

Cela passe par exemple par l’utilisation d’un hashtag clair : #collaboration, #sponsorisé… mais également par une formulation sans équivoque : les formules alambiquées telles que « On m’a proposé de tester », « J’ai été contacté pour », « Merci à la marque pour » sont à bannir. De la même façon, noyer un hashtag #Ad pour « advertisement » en anglais, à la fin du post dans un nuage de mots-clés : c’est non.

C’est pour éviter ces dérives qu’Instagram, par exemple, donne la possibilité de taguer un partenaire commercial.

bonne-pratique-ARPP

Contrôler, oui, mais pas à tout prix !

L’influenceur est suivi pour ses prises de parole fortes. Si le discours de marque doit être contrôlé, l’influenceur doit pouvoir garder cette liberté de ton et d’expression qui lui est chère et qui rassemble sa communauté !

ARPP-authentique

Si la marque décide d’exercer un contrôle prépondérant sur le discours axé sur le produit / service, ainsi qu’une validation du contenu avant la mise en ligne, la publication sera alors considérée comme une publicité classique et soumises aux règles déontologiques qui s’y appliquent.

Le contrat, tu respecteras

Comme pour toute collaboration commerciale, un contrat doit être établi entre l’influenceur et la marque. Il est conseillé d’intégrer les bonnes pratiques au contrat, pour ne pas laisser de doute planer. L’agence de communication qui accompagne la marque est garante du respect de ces bonnes pratiques par l’influenceur. Le maître-mot ? La transparence d’un bout de la chaîne à l’autre. C’est un contrat gagnant-gagnant pour tout le monde : pour la marque, pour l’influenceur, et pour la communauté. Ce n’est qu’en produisant un contenu de qualité, original et authentique, que l’on peut remporter l’adhésion des consommateurs.

Face à l’explosion du marketing d’influence, la professionnalisation est incontournable. Loin d’être un frein à l’influence, elle permet de préserver la confiance entre les marques et les consommateurs. Sponsorisée ou pas, une campagne réussie est une campagne transparente, authentique, et de qualité. Vous cherchez une agence pour vous accompagner dans l’influence ? Contactez-nous !

À retenir

  • 69 % des campagnes d’influence se déroulent sur Instagram
  • 55 % des campagnes commerciales sont bien identifiées, 33 % des contenus analysés par l’ARPP pourraient améliorer leurs pratiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


vous aimerez aussi...