load-icon
gpdr-marketing-digital

RGPD et réseaux sociaux : adaptez vos pratiques !

Réseaux sociaux

Assistant vocalLe RGPD, plus précisément le Règlement Général sur la Protection des Données, on en entend parler partout, tout le temps, jusque dans votre boîte mail, submergée de newsletters auxquelles vous ne vous rappelez pas avoir souscrit. Le RGPD, c’est une nouvelle réglementation européenne qui protège les données personnelles de tous les résidents de l’Union Européenne. Vous savez, ces informations que les entreprises utilisent pour vendre leurs produits et services ! Est-ce que ça change quelque chose sur les réseaux sociaux ?

Pourquoi le RGPD ?

Tout simplement parce que le dernier texte qui protégeait les données personnelles des citoyens européens datait de… 1995 ! Autant vous dire qu’il était désuet, puisque depuis, nous avons eu droit à l’explosion du numérique, avec Internet et les médias sociaux.

Concrètement, cela signifie que pour toute donnée personnelle récoltée (nom, photo, adresse IP, numéro de téléphone, adresse postale, empreinte, mail…), l’entreprise doit avoir le consentement écrit, clair et explicite de l’internaute. C’est la raison pour laquelle vous êtes assaillis de mails d’entreprises. Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) et toutes les autres grosses entreprises hors UE doivent également se conformer au RGPD, puisqu’elles collectent les informations des utilisateurs européens.

Quel impact pour les réseaux sociaux ?

Tous les réseaux sociaux et toutes les entreprises, associations et sous-traitants sont directement touchés par ce nouveau règlement, peu importe leur taille, la nature des produits et services commercialisés (ou non !), leur domiciliation, dès lors qu’elles collectent des données personnelles dans l’Union Européenne.

Les amendes ont de quoi décourager : les entreprises qui ne sont pas conformes au RGPD peuvent, en cas d’infraction, avoir une amende qui peut aller jusqu’à 20 millions d’euros !

Sur les réseaux sociaux, vous êtes tranquilles : Facebook, Twitter, Instagram…  n’ont pas manqué de proposer à leurs utilisateurs de se mettre en conformité et de valider leurs conditions générales, sans quoi ils ne pouvaient plus continuer à utiliser leurs services. Vous pouvez donc continuer à communiquer sur les réseaux sociaux comme à votre habitude.

En revanche, petite nouveauté : l’âge minimum pour s’inscrire sur et Snapchat a été rehaussé à 16 ans, et les comptes de mineurs bloqués jusqu’à ce que les parents, informés par mail, donnent leur consentement, pièce d’identité et acte de naissance à l’appui, pour l’utilisation des données personnelles de leur enfant. Sur Facebook, cela concerne plus de 2 200 000 de mineurs sur 34 millions de Français !

Comment adapter ses pratiques marketing ?

L’envoi sauvage d’e-mails non-sollicités, c’est terminé ! Et c’est un mal pour un bien ! Voici quelques bonnes pratiques marketing à adopter désormais :

  • L’entreprise, ses prestataires et ses sous-traitants doivent être en conformité : ils doivent désormais préciser le but de la collecte d’informations. Le consentement de l’internaute ne vaut que pour cette finalité-là, et il peut être retiré quand il le souhaite.
  • Les bases de données clients doivent être mises à jour, et tous les clients contactés pour la mise en conformité
  • La politique de protection des données doit être tenue à disposition des internautes, et elle doit être claire et précise, sans ambiguïté. Elle est accessible via un lien sur les formulaires et les mails
  • Plus de cases pré-cochées, plus d’obligation de consentir pour accéder à un service (consentement par défaut) !

Un responsable du traitement de données doit être clairement désigné au sein de l’entreprise, il est le garant d’une collecte éthique. À la clef : une relation plus transparente pour l’internaute qui se sent rassuré. Groupe361 est expert en communication digitale, contactez-nous ! 

À retenir

  • Le RGPD protège les données personnelles des citoyens de l’Union Européenne
  • Toute entreprise qui collecte des données en UE doit s’y soumettre
  • Le consentement de l’internaute doit être clair, explicite, sans ambiguïté, écrit, il peut être retiré à tout moment et ne vaut que pour la finalité annoncée
  • Pour tout mineur de 16 ans, ce sont les parents qui doivent donner leur consentement, sous peine de voir le compte social bloqué

2 commentaires

Répondre à Réseaux sociaux : 8 contenus vraiment engageants | Blog Groupe361 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


vous aimerez aussi...